La Route du Rhum 2018, une course marquée par les dépressions

La tant attendue Reine des transatlantiques a fait retentir son coup de canon le dimanche 04 novembre 2018 à 14h00. C’était alors la délivrance pour les skippers de parcourir le chemin entre Saint-Malo (France) et Pointe-À-Pitre (Guadeloupe).

Créée en 1978, la Route du Rhum fêta cette année ses 40 ans. Organisée tous les quatre ans, 2018 était sa 11ème édition. Sa popularité en est aujourd’hui internationale.

Pour cette occasion, la ligne de départ a été agrandie pour accueillir 123 voiliers dispatchés en 6 catégories : 6 Ultime, 6 Multi50, 20 Imoca, 53 Class40, 21 Rhum Multi et 17 Rhum Mono.

Toute la flotte a eu le plaisir de partir sous un temps idéal : soleil voilé et un vent suffisamment présent. Des milliers de spectateurs s’étaient donné rendez-vous au Cap Fréhel pour admirer ce spectacle multicolore. Sur mer, des centaines d’embarcations de toutes tailles suivaient les marins de près.

La Route du Rhum commença avec un départ lisse et fluide mais la suite n’en a pas été si facile et nombreux étaient ceux qui ne s’y attendaient pas.

Départ de la Route du Rhum 2018
Départ des 123 voiliers en direction de la Guadeloupe

 

Des dépressions à l’horizon

La Route du Rhum est une course passant par l’Atlantique avec des zones difficiles à traverser. Tous les marins le savent et s’y préparent. Cependant, cette année, la météo a décidé de compliquer la tâche et de faire suivre trois dépressions… Pas de quoi permettre aux sportifs de souffler.

Dès le lendemain du départ et pendant presque une semaine, nombreux sont ceux qui ont dû rejoindre un port soit pour s’abriter soit pour avarie. Une course qui semblait d’un coup irréelle.

La course avait peine commencée que la direction de la course la mettait déjà en « stand-by » pendant presque une semaine. La sauvegarde des voiliers et la vie des skippers étaient une priorité. C’est le dimanche suivant, le 11 novembre 2018, qu’un deuxième départ de course est lancé dans une fenêtre de tir avec une météo qui s’annonce toujours peu clémente.

Toutes catégories confondues se sont prêtés au jeu et partirent ensemble pour former un autre peloton… Direction la Guadeloupe ! De quoi calmer les frustrations d’une course qui n’a presque pas commencé pour plus d’un tiers des participants.

Des abandons à répétition

Malheureusement, la direction de la course a enregistré abandon après abandon depuis le début de la course et ça continue encore : avaries, découragement, timing dépassé. Un quart des participants au 16 novembre 2018 n’est plus classé : 2 Ultime, 5 Imoca, 11 Class40, 8 Rhum Multi et 5 Rhum Mono. Retrouvez la cartographie avec le classement des skippers

Dont le Class40 ManOrga n° 134 qui a subi trois avaries en peu de milles marins parcourus. Un coup dur pour Nicolas Jossier qui se voit contraint de rester à quai pour des obligations logistiques.

 

Bateau ManOrga à quai - Route du Rhum 2018
Le bateau ManOrga à quai à Concarneau pour une avarie

 

Une arrivée d’anthologie

Malgré ces conditions météorologiques qui ont volé le Rhum à plus d’un, la Route du Rhum a enregistré un nouveau record de vitesse. Françis Joyon sur Idec Sport a passé la ligne d’arrivée après 7 jours 14 heures 21 minutes et 47 secondes, soit 46 min avant Loïck Peyron en 2014. Le second, François Gabart, est arrivé seulement 7 min plus tard. Une arrivée très serrée pour ces deux skippers.

 

Bon vent aux marins encore en course et à ceux restés à quai, continuez à poursuivre vos rêves.