Nicolas Jossier ne finira pas un rhum à la main

Class40 ManOrga au départ de la RdR

Après plus d’un an de préparation, les skippers se retrouvent enfin sur la ligne de départ de la Route du Rhum. Ce n’est pas moins de 5 km de voiliers côte à côte qui ont dans le viseur la Guadeloupe !

Nicolas Jossier est sur le Class40 ManOrga n°134, un grand Spinnaker bleu éclatant de détermination et d’énergie. Une Grand Voile aux couleurs de ManOrga et des associations (France Lymphome Espoir et Fédération Française des Diabétiques) qui prend fièrement le vent. À bord, un skipper revenu de loin qui porte les valeurs humaines dont le sport de la voile fait preuve.

Le 04 novembre 2018, Nicolas Jossier partait traverser l’Atlantique en solitaire mais embarquait avec lui une communauté croyant en lui et en ses rêves. Rien de mieux pour un sportif de haut niveau que de se sentir soutenu et poussé vers l’avant.

Comme beaucoup d’autres, Nicolas n’a pas échappé aux dépressions météorologiques qui faisaient barrage. Pour préserver la coque et surtout sa vie, un retour à terre fut nécessaire. Trois avaries se succédèrent sur le Class40.

Décidément, la Route du Rhum ne se laisse pas aborder facilement…

Bateau ManOrga Route du Rhum
Le bateau ManOrga au départ de la Route du Rhum 2018 ©Solenn Mourgues

 

Le départ fut une réussite et il présageait une bonne lancée malgré une météo peu clémente. Nicolas faisait route vers le nord de l’Espagne pour éviter la dépression. Mais le verdict tomba rapidement : il faut remonter plus au nord pour s’abriter.

« La décision fut très dure à prendre, lourde de conséquences pour la suite de la course »

Sur la route, la GV montra des signes d’usure. Arrivé à Concarneau, Nicolas affala la GV avec difficultés. En effet, une latte la traversait.

« Heureusement que je ne me suis pas retrouvé dans cette situation dans le vent fort… »
« Cette amoncellement de casse, avaries en tous genres me conforte dans ma décision : je suis sûr d’avoir fait le bon choix même si ce renoncement est très compliqué à vivre »

Après accord de la Direction de la course, la GV est partie en réparation et a pu revenir à Concarneau comme neuve le vendredi 09 novembre 2018. Nicolas pouvait alors se préparer grâce à une fenêtre de tir annoncée le surlendemain.

En effet, un second départ a été lancé par la Direction de la course pour les skippers à quai, depuis presque une semaine pour beaucoup d’entre eux. Le Class40 ManOrga partit avec le peloton de deuxième chance en direction de Pointe-À-Pitre.

Peu de temps après, c’est le hook de trinquette qui cassa. Retour en arrière pour Nicolas qui n’a que très peu avancé depuis 7 jours. Avec l’aide d’une rencontre à quai, il repartit pour rattraper le reste de la flotte.

Déterminé à atteindre la Guadeloupe malgré ces avaries, Nicolas barrait confiant sur une mer tout de même agitée. Deux jours après être reparti pour la 2ème fois, c’est maintenant la drisse de la GV qui lâcha.  Faisant route vers Lorient pour réparer la casse, Nicolas a pris un sacré coup au moral.

« Le rhum ça se mérite… »

Après trois avaries, il est difficile de garder espoir et de faire confiance au destin. Même avec le soutien le plus solide qui soit, quand les éléments ne semblent pas s’aligner, il y a un temps où il faut savoir arrêter et se ranger.

Nicolas Jossier à Concarneau
Nicolas Jossier à Concarneau après une avarie lors de la Route du Rhum 2018

 

Après n’avoir rien lâché jusqu’à un point de rupture, c’est avec le cœur lourd que Nicolas publia ces mots le mercredi 14 novembre 2018 sur son Facebook pour annoncer son arrêt :

« C’était l’avarie de trop, celle que je n’osais envisager. Et malgré tous les soutiens reçus, tous les encouragements, toutes vos pensées positives, je ne repartirai pas de Lorient.
Je reste au ponton avec les éclopés de cette route du rhum dantesque. Je fais partie de tous ceux qui ne connaîtront ni le rhum sucré, ni les baies ensoleillées. Impossible de tenir les échéances (pour couper la ligne, rendre le bateau…). Le temps me vole la course, rhum amer au goût salé, sous des images grises de crachin breton.
J’ai pris des coups, coups du sort, coups de mou, coups durs, peu de coups d’éclats ou de coups de bol. Mais au cœur du projet il reste un grand coup de foudre vécu, la mer, les gens, la vie ! Les copains sur les pontons, des visages inconnus il y a un an, devenus familier. Le rêve partagé. Des soutiens intenses et des moments forts.
Un grand merci à tous pour vos encouragements indéfectibles.
J’ai conscience que ce retour à la vie a été nourri de l’effervescence du défi et de votre enthousiasme.
À l’horizon le ciel est clair, et d’autres belles aventures, je l’espère, nous réuniront. »

 

La Route du Rhum fut une fabuleuse aventure pour beaucoup de monde (partenaires, associations, amis, famille, supporters…) qui laissera de très beaux souvenirs de partage et de rêve.

Nous souhaitons à Nicolas Jossier de continuer à avoir l’audace de suivre ses rêves et à tout mettre en œuvre pour les réaliser.